L’insalubrité

Insalubrité, moisissures, allergies

 

Moisissures 01

 

L’odorat renseigne instantanément sur l’état d’un local dès qu’on y pénètre.

Odeur de renfermé, de moisi, orientent immédiatement vers des dégâts à la structure, avant de visualiser les dégâts eux-mêmes sur les murs ou la charpente.

Hors sol, ces dégâts sont essentiellement dus à la condensation de la vapeur d’eau.

La perception immédiate peut se doubler, en cas d’occupation du local, par l’apparition de phénomènes d’allergie, en général respiratoire, toux spasmodique, rhinite allergique, crise d’asthme, par inhalation des spores ou des produits métaboliques de la faune ou flore proliférant sur ces zones humides (acariens, blattes, champignon, etc.…).
A long terme, l’insalubrité initiée par la condensation peut se concrétiser par l’impossibilité, voire l’interdiction, d’occuper les locaux.

A ce moment la valeur du patrimoine devient la valeur du terrain moins le coût de la démolition…..

Et d’autres inconvénients, inconfort de vie et insonorisation déficiente, caractérisent l’excessive perméabilité à l’air, bien avant ce stade d’insalubrité extrême.

A l’opposé, l’inhibition du développement des champignons, moisissures, microorganismes et insectes de toute nature par assèchement des parois,  dans un bâti de faible perméabilité est un réel progrès, garant de meilleures conditions sanitaires pour les occupants.

Et sur le plan de la toxicité, la réduction des infiltrations d’air donne tout leur sens aux obligations de calfeutrage imposées par la présence de certains sites industriels dans les environs.

A défaut, que faudrait-il penser des mesures de confinement imposés, en cas de fuite toxique, aux abords des sites classés Seveso, sur des bâtiments non étanches ?  Sans parler des nuages radioactifs… (il est vrai qu’à défaut de s’arrêter à nos frontières, ils s’arrêteraient d’évidence aux enveloppes des bâtiments même perméables…).

A l’encontre des croyances courantes, la protection des occupants peut être garantie pendant plusieurs heures dans un espace réellement étanchéifié. Des enfants confinés dans une salle de classe étanchéifiée ne courent aucun risque en attendant la fin de l’alerte toxique ou l’arrivée des secours.